Livres en été

Publié le 22 Août 2012

Les français lisent davantage pendant les vacances : ce n’est pas moi qui le dis, c’est L’Ifop. Ils achètent plus de livres et consacrent quelques dizaines de minutes supplémentaires à la lecture. Dans l’ordre, ils préfèrent même lire dans un jardin, au lit et à la plage ou la piscine, mais ce n’est pas le sujet. Je m’en fous un peu même.

Ce sondage est l’occasion de vous faire partager mes lectures estivales. Je pense à ceux qui ne sont pas encore partis, à ceux qui s’emmerdent au bureau, qui peuvent profiter d’un métro désencombré et à tous ceux qui sont en panne de bouquins. Deux semaines de vacances (avec les mômes) et 4 semaines en mode no kids, ça laisse de quoi engranger, ce qui ne va sans poser de problème de rangement. Jules parle même de crise du logement s’agissant des livres : les trois Billy n’y suffisent plus. On en reparlera

 

Sans prétention, voici quelques suggestions (c’est poétique hein ?). Je m’aperçois d’ailleurs que je cadre un peu avec l’étude susmentionnée, puisque la liste est très orientée polars…

 

Ne vous retournez pas de Maud Tabachnik. Un flic new-yorkais, exilé à Milwaukee se (re)met à la poursuite du serial killer qui a tué sa fille quelques années auparavant. Ça, c’est le polar efficace : un tueur cinglé, ultra violent, une ville qui sombre dans le chaos, un flic misanthrope au fond du trou, une atmosphère chargée d’électricité.

 

Profanation et Miséricorde de Jussi Adler Olsen. La fréquence de parution des polars nordiques ne suit pas la même courbe que leur qualité (si vous ne comprenez pas cette phrase, pas d’inquiétude : moi-même j’ai galéré à l’écrire et je ne suis pas sûre d’être claire). Qu’importe, ce danois-là, il faut le découvrir. Comme ce sont les deux premiers parus en France, il est préférable de les lire dans l’ordre. L’Equipe V est composé d’un duo d’enquêteurs improbables : leur mission est de rouvrir les affaires non résolues. Dans Miséricorde, Carl Mørck et Hafez el Assad enquêtent sur la disparition d’une députée cinq ans auparavant. Une ambiance sombre et accablante, un flic sur le déclin, un assistant syrien sibyllin font de ce thriller l’excellente surprise de mon été, couronné par plusieurs prix scandinaves. Et tant qu’à se charger, autant lire les deux.

 

Le dernier homme bon de A. J. Kazinski. Un tueur sévit sur les cinq continents ; ses victimes sont des avocats, des médecins, des militants des droits de l’homme… et sont toutes marquées d’une étrange brûlure dans le dos. Un flic de la police de Copenhague et une astrophysicienne se penchent sur cette troublante affaire. L’intrigue est originale et le dénouement surprenant. L’aspect psy, voire métaphysique, aurait pu être plus poussé mais ça se laisse lire.

 

Patrick Dewaere. Une vie de Christophe Carrière. Annoncée comme la biographie sans tabou sur le fabuleux acteur, le livre déçoit un peu. L’écriture est bâclée, le style sombre dans la facilité. Le sujet méritait mieux, nul doute, mais pour Dewaere, on lit quand même.

 

Le palais de verre de Simon Mawer. Plus que le couple formé par l’industriel Viktor Landauer et Liesel, c’est une maison qui est au cœur de cette sublime fresque conjugale et historique. Une maison tout en verre conçue par un architecte des année folles en Tchécoslovaquie. Mais l’Histoire est en marche et les personnages seront emportés dans sa tourmente. Un roman bouleversant et magnifique.

 

Alex de Pierre Lemaître. La jeune et belle Alex est enlevée et séquestrée. Lorsque le commissaire Verhoeven arrive sur les lieux, la mystérieuse jeune femme est parvenue à s’enfuir et sa vengeance sera implacable. Du roman noir à la française bien cadré et surprenant.

 

Seul le silence de R. J. Ellory. Juste pour le plaisir parce que voir Jules le lire m’a donné envie de le redécouvrir. J’en avais déjà causé .

 

 

La liste de mes prochaines lectures ne cesse de s’étoffer : certains s’entassent déjà dans un coin chez moi. En vrac : Un garçon parfait de Sulzer, Qu’avons-nous fait de nos rêves ? de Egan, Birdy de Wharton, Le cinquième jour de Tabachnik, Invisible de Paul Auster, Les lisières d’Olivier Adam, Les apparences de Gillian Flynn, La promesse de l’aube de Gary… A suivre.

Rédigé par Jenny Grumpy

Publié dans #Lecture

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article