Réjouissances

Publié le 29 Septembre 2013

A lire mon dernier post, on pourrait croire que je suis une râleuse permanente, que tout m’agace et que je suis l’intolérance faite femme. J’en connais qui opineront du chef en lisant cette phrase. Or, je suis aussi une personne biberonnée à la première gorgée de bière : pas en tant de termes de goûts littéraires (Delerm est un vaste débat), mais plutôt d’appréhension de la vie. En ce début d’automne, voici donc la liste à la Prévert de ces petits instants qui me donnent le sourire.

Je kiffe quand :

  • J’entends les minots chuchoter le dimanche matin parce que je suis encore au lit,
  • Il apporte du Ruinart parce que c’est mon Champagne préféré,
  • Je me couche dans des draps propres,
  • Je reçois le Elle avec un jour d’avance,
  • Je marche en cadence sur 113 vers mon RER,
  • J’écris un article sur les systèmes d’information en moins d’une heure,
  • La môme me répète que je suis belle,
  • Je me pose sur mon balcon pour fumer la première clope de la soirée,
  • J’ai de nouveaux "like" sur ma page Facebook,
  • Je réussis un créneau à gauche et en côte en trois manœuvres,
  • Mes Dim-up tiennent une journée entière,
  • Les effluves de la cuisine de mes voisins envahissent mon appartement,
  • Mon petit d’homme me regarde droit dans les yeux avant de se blottir dans mes bras,
  • Je parviens à sécher les larmes d’une amie,
  • J’entends le "plop" d’une bouteille de Saint-Estèphe qui ne demande qu’à être dégustée,
  • Je reçois un mail "objet trouvé" sur ma boîte mail pro,
  • La môme réussit à me préparer mon Nespresso,
  • Les mots d’un écrivain me bouleversent,
  • On s’acharne en famille sur un puzzle de 250 pièces,
  • Le pique-nique à trois se transforme en pique-nique à dix,
  • La voix de Marvin Gaye emplit le salon,
  • Une amie et moi partageons un verre de blanc, du Roquefort et de la compote de poires en papotant,
  • Je fais un carnage chez Comptoir,
  • On comprend mes jeux de mots pourris,
  • Les gosses me font leur chorégraphie sur Pink,
  • Je me sens enfin apaisée,
  • Je n’ai pas à speeder mon rentrer chez moi,
  • Je pense à Jérusalem,
  • France 2 rediffuse "Angélique, Marquise des Anges",
  • Je tiens 10 heures d’affilée perchée sur 8 centimètres,
  • Personne ne m’entend chanter "Les rois du monde".

 

En une vingtaine de minutes, c’est tout ce qui m’est venu à l’esprit. Oui, c’est superficiel, léger, débile. Mais, ça rend la vie plus jolie et plus simple parfois.

Rédigé par Jenny Grumpy

Repost 0
Commenter cet article