La rentrée, c'est renoncer

Publié le 30 Août 2013

"Fall is the new Summer" dixit Augustin Trapenard. À méditer… Même si c’est une belle façon d’envisager la rentrée, il faut se rendre à l’évidence, reprendre, c’est d’abord renoncer. Check-list de tout ce que nous allons remiser dans notre valise pour une quarantaine de semaines (désolée de vous plomber le moral).

Lorsque se pointe le mois de septembre (vous noterez que l’on dit le joli mois de mai, mais pas celui de septembre), c’en est fini des soirées qui s’éternisent sous le soleil. Les jours raccourcissent (reportez-vous à votre éphéméride pour savoir à quelle heure le soleil se couche, je n’en ai pas le courage) et avec eux notre envie de prolonger l’apéro en terrasse aussi. Mais ce n’est pas le pire !

De la tête aux pieds, il nous faut renoncer.

Terminé le laisser-aller capillaire : il faut à nouveau brusher, lisser, rafraîchir la frange, arranger la couleur cuite par le soleil, la mer et le chlore.

Le bronzage tiendra encore quelques semaines (ou jours pour d’autres), mais bientôt, il faudra ressortir pinceau et poudre. Terminés le discret mascara et le rouge à lèvres beige.

Finies les mini robes en lin ou en coton, les tops à bretelles. Il faut reprendre le chemin du boulot et par là-même la tenue adéquate. Si juillet et août permettent une certaine tolérance vestimentaire, septembre sonne le glas de la légèreté sous toutes ses formes. Profitons encore des salomés et autres nu-pieds, il nous faudra bientôt enfermer nos pieds dans des boots voire des bottes.

Les pieds justement : on relègue les vernis acidulés au fond du tiroir et on ressort les prunes, les gris...

On termine le flacon d’huile prodigieuse pailletée dont les effluves symbolisent tant la plage et le soleil et on fait le plein de lait hyper riche.

Et on arrête de se trimballer en tee-shirt/culottes dans l’appart : les températures chutent.

Ça sent l’automne ce changement d’habitudes.

La rentrée, c’est aussi renoncer à une vie free-style. Terminés les after-works quasi quotidiens. L’IPhone va moins s’agiter pour fixer l’heure et le lieu du premier mojito de la soirée. La collection des cartes des restos testés durant deux mois finira à la poubelle : c’est beaucoup moins drôle lorsqu’il faut des mois pour en glaner trois ou quatre.

Les pauses déj’ à rallonge vont se raréfier aussi. Il faut se remettre au boulot et sérieusement : le dernier trimestre va être chargé.

Et surtout, il faut reprendre le rythme avec les minots : école, centre de loisirs, cours de danse, devoirs, douche, coucher raisonnable… La course effrénée va reprendre.

La rentrée, c’est aussi renoncer à un régime alimentaire si particulier. Il n’y aura bientôt plus de prétextes à aimer le rosé. Il sera bien difficile de justifier la bière de 16h00, rapport à la nécessité de se rafraîchir. Finie la salade tomate-féta (ou sa variante italienne tomate-mozza) sous prétexte qu’il fait trop chaud pour faire un vrai repas. Quant au barbecue, il est temps de le bâcher : la pluie ne fera pas son affaire.

 

Oui, la rentrée c’est renoncer, mais c’est aussi le début d’une nouvelle ère (c’était la minute philosophique). Il y a de l’effervescence dans l’air. "Fall is the new Summer" on vous dit !

Rédigé par Jenny Grumpy

Publié dans #Quotidien

Repost 0
Commenter cet article