Resto : Les Bombis - Paris

Publié le 20 Juin 2010

 

Les BombisOn prend les mêmes (ou presque) et on recommence. En l’occurrence, resto, 12earrondissement, bonne soirée, compte-rendu (si j’osais, je dirais même critique gastronomique !).

L’avis du week-end concerne le bar à vin Les Bombis, rue de Chaligny.

C'est-à-dire qu’on était obligé de sortir comme de pauvres parents abandonnés vu que les enfants étaient au vert pour trois jours. Comme d’hab’, on s’est dirigé vers le 12eparce que c’est mon quartier de prédilection. Et après avoir erré une dizaine de minutes pour trouver une place (pas de tricycle en ce moment), on a parqué la voiture sur une place de livraison pile poil en face du restaurant susmentionné (ça me fait bien plaisir d’employer cette expression, je le fais trop rarement, sauf dans mes mails pro, mais je m’écarte du sujet…).

 

Encore une fois, je fonctionne à l’instinct, la devanture me plaît bien : en même temps, c’est facile, dès que je vois une ardoise dans une vitrine, ça me donne envie. Pour peur qu’il y en ait une pour les vins (vins addict je suis, rappelez-vous), je pousse la porte illico. J’écrase ma clope à moitié consommée (si ça c’est pas un signe) et l’amoureux et moi poussons la porte. Pas de résa évidemment, un samedi soir à 21h, c’est quitte ou double. La chance est avec nous et il reste deux tables de quatre non réservées dont l’une est pour nous. Banquettes en cuir bordeaux (décidément on y est abonné) au fond de la salle, tranquille, à proximité des cuisines (mais à une distance raisonnable tout de même), lumière intimiste, serveuse sympa. Ouf, notre intuition ne nous a pas trompés. On ne change pas une formule qui gagne pour l’apéro : coupe de Champ’ pour moi et comme j’ai fait du prosélytisme pour la divine boisson, on nous en apporte deux. On patiente avec une délicieuse tapenade home made.

 

Comme on a des goûts de luxe, on ne prend pas le menu, mais je vous le signale tout de même : 20 euros pour entrée, plat et dessert un samedi soir, ça devient rare sur Paris. Mais ce soir, on est d’humeur cannibale alors ce sera viande dans les assiettes. Entrecôte frites maison d’une part et filet de bœuf sauce anchois accompagné de pommes de terre grenailles pour moi. La carte des vins est bien fournie et même si la serveuse nous conseille un Haut-Médoc, on lui préfère le vin du mois : un Beaujolais de 2006 qui sied davantage à mon délicat palais (hein quoi, je me la raconte ?).

Le pain (critère rédhibitoire s’il est passable) est savoureux et les jolies assiettes arrivent sur notre grande table. La cuisson du filet est parfaitement maîtrisée, ce qui peut être compliqué pour un pavé à point et la viande est d’une tendreté incomparable. Au grand bonheur de mon compagnon, je ne goutte pas l’entrecôte (trop de gras, mais je teste tout de même les frites, conscience professionnelle oblige) : elle semble tout aussi succulente.

Encore une fois pour laisser une place au dessert, on a zappé l’entrée et pourtant entre le foie gras maison, le gaspacho ou la verrine chèvre/tomate, le choix est vaste.

 

Pour le dessert, l’expert es-fondant change son fusil d’épaule et opte pour la soupe au chocolat avec mouillettes de pain d’épices. En double exemplaire s’il vous plaît mademoiselle ! On se déculpabilise en se disant que c’est plus léger (oh la belle brochette d’hypocrites !) ; en tout cas on se régale.

 

L’amoureux sort en ajoutant l’adresse dans une quelconque appli de son Iphone et moi dans ma tête (geek versus cérébrale : éternel combat) et encore une fois, je suis enchantée de mon choix que je m’empresse de vous faire partager.

 

Rédigé par Jenny Grumpy

Publié dans #Bonnes adresses

Repost 0
Commenter cet article

cc 28/10/2010 21:38


susmentionné.... j'adore !


Tatou 21/06/2010 09:51


Je n'ai pas d'Iphone mais je note, je note


Jenny Grumpy 21/06/2010 13:11



O



celine 20/06/2010 11:53


si près de chez nous sans nous appeler :-o
thierry adore les bombis


Jenny Grumpy 21/06/2010 13:12



Oups...