Petites phrases assassines - Episode 2

Publié le 29 Décembre 2010

 

J’ai une fâcheuse tendance à blogger à chaud, sous le coup d’une émotion quelconque. D’ailleurs, il m’arrive souvent (moins qu’avant tout de même, maturité oblige) de réagir à chaud, donc un peu vivement.

Lorsque j’ai publié l’épisode 1 des Petites phrases assassines, j’étais contrariée. Puis, comme toujours chez moi (c’est le bon côté de ma personnalité), le nuage s’est dissipé et je n’avais plus de raisons d’écrire l’épisode 2. Et paf, voilà que l’épine est revenue se loger dans mon esprit : la petite phrase assassine qui irrite mon épiderme.

 

"Je ne juge pas" (variante : "Je ne porte pas de jugement")

Faute d’avoir Robert (le petit hein !) sous la main, c’est en ligne que j’ai cherché une définition officielle. La voici, selon la très savante unité d’analyse et traitement informatique de la langue française : "[L'objet est d'ordre moral] Exprimer son opinion personnelle sur autrui, sur sa conduite; l'approuver, le blâmer ou le condamner en décidant du mérite de ses actes, de ses mobiles, de ses pensées. Juger les actes, la conduite; juger sur les apparences."

 

Je ne crois pas avoir commis beaucoup d’actes répréhensibles moralement, pénalement ou intellectuellement, mais force est de constater que j’ai, à plusieurs reprises, été allocutaire de cette phrase. Et, je suis bien incapable d’évaluer le nombre de fois où cette phrase a été glissée dans une conversation. Peut-être l’ai-je moi-même prononcée…

Cette phrase, suivie naturellement d’une sentence peut s’entendre dans le cadre d’un échange d’idées sur un comportement amoureux, sexuel, professionnel, amical, parental… Exemples : avortement, absentéisme, adultère, laxisme, flemmardise. Le dit non-jugement est nécessairement suivi d’un "mais" : "Je ne juge pas mais…". Il n’est pas impossible que la phrase assassine ponctue un propos : « bla bla bla… mais je ne juge pas hein !".

 

Comme s’il était délictueux de porter un jugement. Cette façon de se défausser est tout bonnement insupportable (oui, je ne suis pas dans un jour de grande tolérance). La notion est aujourd’hui connotée péjorativement. A croire qu’il est vertueux de ne pas juger son prochain. Mais bordel ! Indubitablement qu’on se juge les uns, les autres. Evidemment qu’on porte un avis sur la façon dont se comporte son voisin, son ami, son amoureux, son frère… J’en viens à me demander si ce n’est pas inhérent à la majorité de l’humanité (j’exclus ici les sages qui font preuve d’un détachement surprenant).

Le souci n’est donc pas tant de porter un jugement, mais d’une part de l’assumer et d’autre part, de voir ce que l’on en fait. Je suis la première à exécrer les jugements à mon encontre : il n’est pas très agréable de savoir que les gens qui vous sont chers vous jugent (juger est alors synonyme de désapprouver). Là où les choses se compliquent, c’est lorsque le verdict influe sur la relation que vous entretenez avec la personne qui l’énonce.

 

Personnellement - suis bien loin d’être une sainte - j’émets parfois des réserves sur certains actes. Mais dès lors que je ne suis pas directement concernée, ça ne change en rien le regard que je pose sur l’autre ; d’autant plus s’il s’agit d’événements passés. L’expérience nous montre que chacun fait comme il peut – se démerde quoi – avec son éducation, ses valeurs, ses croyances, ses moyens, ses émotions… Alors oui, je juge quelquefois, rarement avec sévérité, et mon amour, ma fraternité, mon amitié ne s’en trouve pas modifiés.

 

Je vous laisse méditer sur quelques citations de meilleurs penseurs que moi :

  • "Il est bien plus difficile de se juger soi-même que de juger autrui." Saint-Exupéry
  • "Juger autrui, c'est se juger." William Shakespeare
  • "Juger, c'est de toute évidence ne pas comprendre puisque, si l'on comprenait, on ne pourrait pas juger." André Malraux
  • "Tous jugements en gros sont lâches et imparfaits." Montaigne
  • "Nous ne sommes si enclins à bien juger autrui que parce que nous tremblons pour nous-mêmes." Oscar Wilde

 

 

 

Rédigé par Jenny Grumpy

Publié dans #Réflexion

Repost 0
Commenter cet article

cc 29/12/2010 18:27


C'est bien envoyé ! Je souscris à vos propos.