Petite dormeuse

Publié le 13 Juin 2010

On (enfin deux ou trois personnes en une semaine) me demande souvent quand je trouve le temps de pondre ces billets et de lire, en plus de la vie que je mène. Alors déjà un éclaircissement, ce blog ne monopolise pas toutes mes minutes de libre : pour tout vous dire, il me faut en moyenne une demi-heure (grand maximum, pause clope et relecture comprise) pour sortir un billet. Je sens bien que là, c’est un mythe qui s’effondre, mais tant pis, je prends le risque. A côté du reste (c'est-à-dire, boulot, mouflets et vie at home), je lis énormément. Je sens que vous brûlez de connaître mon secret : c’est simple, je suis une petite dormeuse. Je vais rarement au lit avant minuit voire minuit et demi, et en grande psychopathe que je suis, je suis levée à 5h00 du mat et 6h00 le week-end (ce matin par exemple 6h07 : une grasse mat’ pour moi).

 

Naturellement, ne pas faire partie de la famille marmotte présente moult avantages : avoir du temps pour bouquiner peinard, voir le jour se lever (et en toute saison !!), n’imposer à personne mon éventuelle mauvaise humeur (rarissime, je vous assure), se doucher longuement, se balader en tenue hyper légère chez soi (sans rien quoi !!) parce qu’on s’est tartinée de l’huile prodigieuse partout partout, se vernir les ongles trois fois si je veux, ne pas choisir entre thé ou café (j’ai le temps de prendre les deux), réfléchir longuement à ses fringues de la journée (bien qu’il puisse m’arriver de changer à l’arrache trois minutes avant le départ). Alors, ça c’est la partie pour ma pomme. Vous voyez aisément quels avantages peuvent en tirer ceux qui partagent ma vie : probabilité d’un petit dej’ au lit très élevée, nana en pleine forme, parfois jolie et en toute cas prête à tout gérer à domicile, musique pour bien attaquer la journée prête à être lue sur le Media Center (si vous ne savez pas ce que c’est, je vous en parlerais un jour, c’est toute une histoire)…

 

Globalement (et encore une fois parce que je suis dans ma période verre à moitié plein), être une petite dormeuse est très positif. Mais qu’on ne s’y trompe pas, cela peut parfois être chiant. Je suis la première à savoir que la météo va être pourrie, je ne connais pas le bonheur du café au lit avec un palmier (c’est ce que je préfère, les croissants et pains au choc’, non merci), je dois tout me préparer moi-même, il me faut choisir la radio à écouter (comment ça je suis de mauvaise foi et je préfèrerais qu’on m’impose quelqu’un le matin), je ne suis pas réveillée par de douces caresses, je suis obligée de trouver de subtiles tactiques pour choisir mes fringues dans le noir afin de ne pas éblouir le prince charmant endormi (ça sent bien l’arnaque cette affaire ; normalement c’est la princesse qui dort, ou alors je ne suis pas une princesse mais ça, c’est un autre débat !).

Si l’amoureux avait voix au chapitre sur ce blog : il ajouterait probablement le point suivant à la liste des inconvénients de la lève-tôt. Me faire une surprise le jour de son anniversaire est juste un enfer et est en réalité synonyme d’insomnie pour préparer un truc démentiellement incroyable (parce que oui, j’adore les surprises ce qui sort de l’ordinaire mais pas forcément cher – encore que je n’ai rien contre un collier Chopard ou The montre Chanel pour les mes prochains anniversaires).

Mais sinon, je le redis (ou j’essaye de m’en convaincre, à voir) : vivre avec moi,

c’est chouette.

Rédigé par Jenny Grumpy

Publié dans #Réflexion

Repost 0
Commenter cet article

Tatou 16/06/2010 09:01


Ahhhhhhhh l'huile prodigieuse....
Bon ok tu es une petite dormeuse mais tu fais des siestes l'après midi ? Rassures-moi ?


Jenny Grumpy 16/06/2010 20:52



Ce sera la sujet d'un prochain post ahahah !!