La passion de petit d'homme

Publié le 5 Novembre 2010

Bien qu’ayant sous la main, moult sujets dont je souhaite vous parler et notamment des bouquins (si, si j’ai encore le temps de lire) et ciné ; il en est un que j’évoque en filigrane depuis quelques temps déjà. Mon manque d’assiduité flagrant quant à l’écriture (je lutte quotidiennement pourtant…) m’a fait repousser l’échéance, mais ce soir, le moment est venu de vous faire part de la grande passion de petit d’homme (4 ans et des brouettes, je précise). Allez, je me lance : le mouflet est un fan de MJ, aussi connu sous le nom de King of the Pop, en clair Michael Jackson.

De prime abord, certains parents pourraient m’envier. C’est vrai qu’il n’a pas jeté son dévolu sur Dora la pétasse ou Oui-Oui l’abruti. Je ne suis donc pas contrainte de me farcir leurs folles aventures et leurs voies nasillardes le week-end, le soir, pendant les vacances ; il n’exige pas d’avoir la panoplie (pyjama, parapluie, sac, chaussures…). C’est vrai que je suis chanceuse.

 

Non, mon mouflet a choisi de se passer (et par la force des choses, de me passer) en boucle l’intégral MJ. J’ai beau me creuser le ciboulot (et ça je m’y connais), je n’ai pas la moindre idée de la façon dont la fascination a commencé et je ne sais même pas précisément la dater (cet été peut-être : tiens donc comme c’est bizarre !). Bien sûr, le couple parental en est probablement à l’origine, mais de quelle manière cela a-t-il pris une telle ampleur ??

Il a eu sa phase Christophe Maé, Rolling Stones (fugace), mais MJ… c’est du pérenne !

 

Les difficultés ont commencé lorsqu’il est devenu un expert es-Michael, et notamment de ses clips dont l’intégral en Dvd est dans "l’autre appart" (je cite). De retour à la maison, il me demandait de lui passer Michael avec les bulles, Michael et les indiens, Michael et sa cape… Un vrai challenge, je vous assure. D’ailleurs, j’avoue ne pas être encore tout à fait au point sur ce sujet.

 

Au quotidien, comment cela se traduit ce phénomène ?

Pas une journée ne s’écoule sans que l’on écoute au moins une chanson (nette préférence pour Thriller) : plus exactement, pas une journée ne commence sans une chanson. Et là, le petit d’homme chante : pas de doute, il tient son don pour les langues et son oreille musicale du côté maternel. Evidemment, on se visionne un clip ou deux (ouais bon, on est peut-être plus proche des cinq ou six) et là, sous mes yeux ébahis (qui ose dire que je ne suis pas objective ?), il reproduit les chorégraphies (avec de plus en plus de détails).

Mais, ça ne s’arrête pas là : dans la rue, dans les magasins, chez des potes, dans la cour de récré… il fredonne et danse. Fascinant, je dois dire… et inexplicable (oui je sais que je multiplie les points de suspension, ça m’agace aussi !)

Il connaît même la façon dont s’enchaînent les titres sur l’album History : du délire, je vous dis !

 

Alors, c’est vrai que parfois, je sature et j’essaye d’élargir son horizon musical. Dernière idée brillante en date : lui faire découvrir son frère Jermaine Jackson, interprète de l’inoubliable When the rain begins to fall. Même topo, on peut se l’écouter trois fois d’affilée. Et soyez certains que la mélodie se grave dans votre cerveau pour la journée.

Et il semble que le virus soit contagieux puisque depuis quelques semaines, la mouflette (19 mois) chantonne "Am bad".

Mais, dans le fond, je suis plutôt fière de ce trait de personnalité : ça m’éclate, ça me fait rire, ça m’impressionne, ça me chavire. Hein, quoi, comment ça, je l’adore ce môme ?

Rédigé par Jenny Grumpy

Publié dans #Bébé-Enfant

Repost 0
Commenter cet article

cc 18/11/2010 18:35


J'aime bien la façon dont vous appelez votre fils (petit d'homme??? c'est Rahan non ????)! J'appelle aussi mes enfants mouflets bien que mon fils dépasse largement 1.80 m et ma fille 1.70M (ma
fille je l'appelle mini-moi)