Film : Sur la Route de Madison de Clint Eastwood

Publié le 17 Février 2010

Sur-la-route-de-Madison.jpgHier encore (non pas ; j’avais 20 ans, encore que…), nouvelle soirée en solo. Enfin, solo, solo… avec toujours les mêmes paramètres de base, à savoir deux enfants endormis. Et coup de bol pour moi : pas besoin de me prendre la tête à chercher un div-x pourri à regarder (ce n’est pas moi qui fait la sélection alors forcément), puisque France 3 ne m’offrait rien de moins qu’une des plus belles histoires d’amour cinématographiques : Sur la Route de Madison du géantissime Clint Eastwood. Ah, rien que de penser à ce pur moment de bonheur, j’en soupire.

Et pourtant… Le roman dont est tiré le film est un navet fini, sirupeux à en vomir mais Eastwood le transcende pour nous offrir l’amour définitif.

 

A la mort de leur mère, Michael et Caroline reviennent dans leur Iowa natal et découvrent le journal intime qu’elle leur a laissé et dans lequel elle raconte une rencontre de quatre jours avec Robert Kincaid. Eté 1965, Francesca se retrouve seule à la maison et croise le chemin de ce photographe du National Geographic qui marquera sa vie de manière indélébile : pendant cette parenthèse enchantée, Francesca va aimer éperdument, inconditionnellement, éternellement… mais n’en fera rien. Elle ne quittera pas son mari, n’abandonnera pas ses enfants et vivra les trente années suivantes avec ce puissant souvenir.

 

Quelques heures peuvent-elles suffire à combler une vie ? La beauté de l’éphémère légitime-t-elle que l’on sacrifie son bonheur personnel au profit de sa famille ? La fugacité de l’instant apaise-t-elle les frustrations d’un quotidien étriqué ? Francesca incarne toute la difficulté à faire des choix : elle se retrouve à ce moment précis de notre existence qui peut basculer dans la seconde si l’on accepte de ne plus être spectatrice de sa propre vie. Or, l’incertitude, la peur et la culpabilité sont autant de garde-fous, parfois impossible à surmonter et alors, seul le sacrifice demeure.

 

A partir de tous ces questionnements, Eastwood réalise la romance ultime. Filmé avec une simplicité désarmante, Sur la Route de Madison immortalise la quintessence des sentiments avec une grâce rare et une mélancolie douloureuse. Eastwood magnifie la sensualité d’une Meryl Streep qui s’éveille à elle-même, tout en délicatesse et sur fond d’une musique noire superbe, comme toujours chez le réalisateur. Un chef d’œuvre absolu d’une évidence implacable.

 

Rédigé par Jenny Grumpy

Publié dans #Ciné

Repost 0
Commenter cet article

Franckie 18/02/2010 14:51


Si vous êtes fan de ce grand monsieur qu'est Clint Eastwood, alors rendez-vous sur le site français qui lui est consacré : http://eastwoodclint.free.fr et aussi sur le forum associé pour discuter
de votre passion avec les autres "clintophiles" !


Jenny Grumpy 18/02/2010 20:32


Je n'y manquerais pas !


Alice 17/02/2010 09:49


J'ai toujours envie de mettre ce film en parallèle avec Out Of Africa. C'est probablement la présence de Meryl Streep, mais l'héroine fait des choix tellement différents.