Facebook addict

Publié le 15 Février 2010

J’avoue : je suis Facebooko-dépendante… mais profondément. Est-ce que ça se soigne ?
Oui apparemment, car j’ai vu qu’il existait un "Facecorette" (aller voir ici si vous ne me croyez pas : 
http://www.youtube.com/watch?v=scDdiHIP4ag). Est-ce que j’ai envie de m’en coller un sur une partie de ma charmante anatomie ? Ca va pas non ? Si je me fous un patch anti-tabac, un autre contraceptif, un pour avoir une belle peau, un autre anti-âge… je vais ressembler à quoi ?

 

Mais revenons à mon addiction. A défaut de vouloir m’en débarrasser – parce que finalement, c’est plus chiant pour mon entourage que pour moi qui le vit très bien ! – j’en ai lucidement identifié les symptômes.

 

Premier réflexe matinal (enfin une fois que mon thé est prêt à être bu) : me connecter sur Facebook. Finis le temps où je lisais les sites des journaux en ligne ou les blogs en premier. Non, je veux d’abord savoir ce qui s’est passé pendant la nuit, si mes "amis" ont publié des photos, des liens, des vidéos. Evidemment, à 7h du mat, souvent il ne s’est pas passé grand-chose. N’empêche : je mate, je commente, je fous mon grain de sel un peu partout en fait.

 

Ensuite, je joue au Scrabble en ligne sur FB (j’ose espérer que vous avez saisi l’abréviation). Il s’appelle Lexulous (une histoire de droit j’imagine) et je dois avoir une quinzaine de parties en cours. Et je suis accroc.

Autant ce jeu est plutôt… on va dire intelligent ; autant les autres auxquels je joue, sont… complètement cons, ok c’est le mot. Je cite en vrac, "Happy Aquarium", "Ma ferme" et des mini games débiles (du type Tétris, Marble Lines, Mahjong, Bouncing Balls… C’te honte !!!). Et encore, je me suis fait violence et résiste pour l’instant au zoo, à la ville, la mafia et j’en passe.

 

Et comme en ce moment, je n’ai pas une activité débordante (et certains de mes amis sont dans le même cas), je suis au taquet sur FB pour voir ce qui s’y passe. Par contre, je reste relativement modérée quant à la fonction tchat. Quand je vous dis que je suis un être raisonnable

 

Enfin, last but not least : j’ai installé l’application sur mon BB. Ouais, j’aime bien parler en langage codé : pour les non-initiés, ça signifie BlackBerry, et pour ceux qui sont vraiment à la ramasse, c’est un téléphone. Et non, je n’ai pas d’Iphone. J’en profite pour faire une parenthèse et rappeler à ceux qui me côtoient que mon anniversaire est dans moins de deux mois et que ça laisse le temps d’économiser (j’ajoute également qu’un Iphone coûte moins cher que le collier Chopard que j’ai également repéré).

Donc, sur mon téléphone, je suis notifiée grâce à un petit gling (on dirait d’ailleurs "Ma sorcière bien aimée" qui remue son petit nez) quand il se passe quelque chose. Et je vois bien, dans les yeux de certain(e)s que c’est agaçant. J’ai une vie virtuelle très riche finalement.
Alors, j’essaie de ne pas bondir sur mon téléphone… mais sans succès le plus souvent. Et puis je réponds… bref, ça n’en finit plus. Au point que lorsque je suis invitée, je coupe le son des notifications FB. Il est vrai que dans certaines circonstances, ça friserait l’impolitesse. Il m’arrive même parfois de ne pas regarder en douce mon téléphone toutes les 5 minutes. Bel effort non ?

Rédigé par Jenny Grumpy

Publié dans #Réflexion

Repost 0
Commenter cet article

guillot 17/09/2012 15:42

excellent texte !

Jenny Grumpy 25/09/2012 15:53



Merci !