Cinéma : Avatar de James Cameron

Publié le 23 Décembre 2009

AvatarVous aurez constaté que les billets cinéma ne représentent pas l’essentiel de mes publications. Plusieurs raisons à cela. Tout d’abord la difficulté à caser une séance dans mon emploi du temps de ministre (comment ça je ne travaille pas ? Je vous rappelle que j’ai une mouflette de 8 mois et quelque sur les bras toute la journée et aussi mignonne soit-elle, je ne suis pas sûre que la salle apprécie sa compagnie), deuxièmement le tarif (rapport à ce que je viens de dire au-dessus, je n’ai plus de carte illimité). Bref, c’est donc avec soin que je choisis les films que mes mirettes auront l’honneur de visionner sur un grand écran (enfin plus grand que celui que j’ai chez moi !).

 

Et sauf à ne pas lire, ne pas regarder la télé et ne pas surfer sur le net, il ne vous a pas échappé que le film du moment est celui de James Cameron, l’incontournable Avatar. Après bien des hésitations, je me suis convaincue qu’il me plairait (parfois mon cerveau fonctionne un peu à l’envers mais bon…) et c’était parti pour 2h41 de prouesses technologiques. Car s’il y a bien un aspect que je ne peux nier, c’est la partie technique (moi qui ne suis pas trop bonus et making-of, je crois que celui d’Avatar me fascinerait).

Une précision immédiatement, je ne l’ai pas vu en 3D, pas de lunettes ridicules (voire lourdes) sur le nez : ceci dit, je reste perplexe quant au plaisir supplémentaire que ça aurait pu me procurer. Je concède que ce film est au-delà du cinéma et qu’on assiste peut-être à l’avènement d’un nouveau genre audiovisuel, mais pour autant, je ne suis pas certaine qu’il s’imposera. Trop informatique peut-être, trop inhumain je n’en sais rien : l’exploit a pris le pas sur les émotions ou je rectifie sur mes émotions et je suis restée globalement de marbre devant ces grands schtroumpfs bleus (désolée je n’ai pas pu m’empêcher mais au moins je fais travailler mes zygomatiques de bon matin).

Et pourtant je sais être une de ces adultes qui ont gardé leur âme d’enfant dans de nombreuses circonstances et je me laisse aisément porter (emporter) devant la beauté des choses, leur simplicité, leur extravagance : et le cinéma, la peinture ou la littérature sont de ces arts qui ouvrent des brèches chez moi et agrandissent mes failles. Mais pas cette fois : dommage ! Enfin dommage pour moi surtout.

 

Je ne vois pas trop l’intérêt de vous faire un résumé du film car s’il vous intéresse c’est que vous savez de quoi il parle et si vous n’en aviez pas entendu parler (mais alors là je me demande où vous vivez), et bien ce n’est pas ce billet qui poussera vos petites pattes dans une salle obscure. Simplement, l’histoire ne brille pas par son originalité et vous ne couperez à quelques platitudes du genre : l’invasion d’un territoire pour des raisons bassement matérielles, un air irrespirable en dehors de la Terre, un héros qui change de camp par amour, le gentil alien, la race humaine menacée… Stop je m’arrête là.

Ah non, j’allais oublier de vous parler de la musique : certes le terme torture est un peu fort mais on va dans la graduation du pire après la soupe Titanic.

 

Je sais que certains y ont vu une fable humaniste à message écologique qui prône une écoute attentive de la nature, une nouvelle façon d’appréhender les rapports entre hommes, une critique à peine voilée de l’armée américaine, une expression d’une colère et d’une honte… Peut-être qu’il m’a manqué les lunettes 3D pour voir tout ça.

Rédigé par Jenny Grumpy

Publié dans #Ciné

Repost 0
Commenter cet article

Jeux de moto 31/01/2010 16:30


On m'a poussé à aller voir Avatar et je dois avouer que maintenant j'en suis fan. Les détraqueurs peuvent en effet reprocher un scénario vu et revu ( notamment dans pochaontas ) et la morale écolo.
Mais on ne peut être que submerger devant ce décors paradisiaque. Une beauté telle qu'on en tomberait amoureux...


Jenny Grumpy 31/01/2010 16:45


Tout à fait d'accord pour la comparaison avec Poncahontas.
Peut-être faudra-t-il que je retourne voir le Cameron... 


jasonlouisxi 13/01/2010 23:24


plusieurs des personnes de mon entourage ont vu ce film. Leurs commentaires ne m'incitent pas à aller le voir spécialemment;
bises JL


Céline 23/12/2009 09:50


j'ai un avis quelque peu différent (et surtout qu'on ne me dise pas que je suis parti pris!)
je trouve que quand on a le génie de Cameron, que l'on est un visionnaire de son niveau, il est indécent de faire un film aussi simpliste que celui ci dans cette pure tradition du bien et du mal
américain
le scénario dessert le film qui est une prouesse technique - dommage

par contre je pense que Avatar est déjà un phénomène (nombre d'entrées) et qu'il fera date malgré tout :-/