Cher Père Noël

Publié le 19 Décembre 2010

J’ai déjà évoqué mon appréhension quant au 25 décembre 2010, donc on n’y revient pas. Oui, ça va un peu mieux. De toute façon, il n’est pas dans ma nature de (trop) m’appesantir sur ce que je ne peux pas maîtriser. Alors, on redresse les épaules, on ravale les larmes et on joue au bon petit soldat. Avec du soutien (ô combien précieux : merci Jules, les cop’s…), ça marche à peu près.

Et comme j’ai bien compris qu’il n’était pas possible de zapper Noël (la suggestion du somnifère ne me sied pas trop), on se recentre sur l’essentiel : les cadeaux.

Hein ? Quoi ? Comment ça, Noël c’est pas les cadeaux, mais le partage, l’esprit de famille, la joie de se retrouver… Oui aussi, mais bordel, c’est aussi les présents qu’on se fait les uns aux autres ! Volontairement, je n’aborde pas ceux qu’on fait aux mouflets : de toute façon, c’est pas nous qui les achetons mais le Pater Noël et toute sa clique

Donc les cadeaux !

 

Non mais sérieusement, vous avez cru que, parce que ce billet s’intitulait "Cher Père Noël", j’allais dresser ici une liste de ce qui me ferait plaisir, aidant ainsi ceux qui voudraient me combler. D’abord, j’aime plus que tout les surprises, alors hors de question de commander quoi que ce soit. Et si je le laisse parfois traîner des indices, ils sont tellement hors de prix que je sais que je ne les aurais pas. Exemples au hasard : un bijou Bulgari, un sac siglé, un bijou Baccarat, des pompes siglées, un bijou Chaumet… C’est une façon de me prémunir de recevoir un présent d’une telle valeur : je serais bien embarrassée avec un truc aussi cher. Comme un sentiment de ne pas mériter un objet pareil. Et là, il y a deux camps parmi ceux qui me lisent : ceux qui se disent "Wahou, chouette fille quand même, et si simple" (mais pas simplette, ne nous méprenons pas !) et ceux qui pensent "mais quelle casse-couille ! Jamais contente en somme !"

 

Mais alors, de quoi je vais lui causer au gros barbu ? De mes vœux pieux existentiels pour la paix dans le monde ; le bonheur pour tous ; un remède contre le cancer, le sida et toutes les pathologies graves ? Voyons, voyons, n’oubliez pas quelle fille superficielle je peux être.

Je me recentre sur le cœur de l’événement : les cadeaux !

 

Je vais plutôt lui dire ce que je n’aimerais pas recevoir pour Noël cette année:


  • Un appareil électroménager. Même le fabuleux Kenwood à plus de 1000 boules (que je ne saurais où poser dans mon nouveau home sweet home d’ailleurs). En plus, je ne cuisine plus vraiment alors… Variante, une Nespresso.


  • Un livre de Marc Levy, Guillaume Musso ou Anna Gavalda. J’ai probablement dû évoquer mon peu de goût pour ce tiercé, mais on n’est jamais trop prudent. Variante, un Amélie Nothomb.


  • Des fringues taille 42, même de créateurs. Tout simplement parce que ce n’est pas ma taille. Variante, un sous-tif en 85A ou en 100C, pour la même raison.


  • Du linge de maison. D’abord, j’habite pas dans une maison (ok, l’argument ne tient pas la route, mais passons). Franchement, qui a envie de découvrir des torchons ou une nappe au pied du sapin (surtout quand on n’a pas une vraie table, ça frise le ridicule !).


  • Des chèques cadeaux Conforama. Sous le fallacieux prétexte que je viens d’emménager, ce serait pour moi l’occasion de me meubler. Premièrement, j’ai horreur des meubles et deuxièmement, je suis phobique des meubles. Attention, les chèques d’autres enseignes seront néanmoins étudiés avec l’attention la plus extrême.


  • Trois semaines de vacances au soleil cet été. Putain, mais j’ai pas trois semaines de vacances cet été !! Euh… bon, pour celui-là, je trouverais probablement moyen de m’arranger.

 

Je crois que j’ai fait le tour. Finalement, ce n’est pas si difficile que ça de m’offrir un cadeau. Parce que je le répète, à Noël, on s’offre des trucs. Et oui, entre adultes aussi. Petite parenthèse : j’aime encore plus offrir que recevoir (psy de café, à vos calepins !). Je déteste entendre cette phrase lorsqu’un big Noël familial est programmé (pas cette année pour moi vous l’aurez compris) : "Euh (traduction d’une certain gêne), par contre, que les choses soient claires, les cadeaux c’est que pour les enfants, hein ? On s’en fait pas entre nous !" Mais bien sûr que si, on se fait des cadeaux les grands, et on se creuse un peu la tête s’il vous plaît !

Rédigé par Jenny Grumpy

Publié dans #Réflexion

Repost 0
Commenter cet article

MellePeggy 20/12/2010 13:50


Salut Jenny,
Pourquoi associes tu, Anna Gavalda à Marc Levy, Guillaume Musso et Amélie Nothomb. J’avoue ne pas être fan des 3 derniers mais Anna Gavalda J’aime assez..Surtout son tout premier “Je voudrai que
quelqu'un m'attende quelque part” ?
Bonne journée
.•:*¨¨*:•.MellePeggy.•:*¨¨*:•.


Jenny Grumpy 21/12/2010 23:10



C'est depuis que j'ai lu La Consolante :-(