Lecture : No Kid de Corinne Maier

Publié le 7 Août 2009

Ca fait un petit moment que j’ai No Kid – 40 raisons de ne pas avoir d’enfant de Corinne Maier sous le coude et que je voulais vous en parler, mais j’attendais le moment propice. Et après une semaine sans enfant justement, cela me semble particulièrement pertinent… pour la simple raison qu’ils me manquent ces petits mouflets et qu’il m’est arrivé de me sentir désœuvrée un soir de la semaine.

Piqûre de rappel pour ceux et celles qui auraient loupé le buzz à la sortie du bouquin : vous allez me comprendre.

Corinne Maier, déjà dans la ligne de mire de certains bien pensants à la suite de son premier succès, Bonjour Paresse et dont le sous-titre parle de lui-même : de l’art et la nécessité d’en faire le moins possible en entreprise (je pense que ce sera un des mes livres de vacances, tant je me sens concernée).

Avec No Kid, elle persévère dans le style pamphlétaire pour s’attaquer de front à la sacro-sainte parentalité. A l’heure où la maternité est élevée au rang d’accomplissement suprême, où le taux de natalité est au plus haut, où le désir d’enfant est si puissant qu’il en frôle parfois l’indécence, Corinne Maier met les pieds dans le plat et recense 40 raisons de ne pas en avoir justement des enfants. Petite précision pour ceux qui verraient en elle une femme amère ou frustrée : elle a elle-même deux enfants.

Vous voyez maintenant pourquoi il est opportun d’écrire un billet sur ce livre. Car le ton aurait forcément été différent il y a quelques semaines avec deux enfants qui m’épuisent ou dans quelques années avec deux préados qui m’agacent (pour rester polie). Car oui, honnêtement, on est forcé de se reconnaître dans certains de ces 40 arguments. J’en prends au hasard : la fin des nuits complètes, la fin des vacances hors scolaires, une façon de parler régressive, le coût d’un enfant, une probabilité de déception à ne pas négliger, l’inquiétude permanente… Rien de bien inédit sous le soleil finalement mais la façon dont Corinne Maier interroge la légitimité de l’enfantement fait mouche… à condition de ne pas se braquer face à l’ironie, le sarcasme et l’outrance de son discours.

 

Pour ma part, j’ai surtout ri à la lecture des titres : « métro, boulot, marmots, non merci ! », « Le désir d’enfant, une aspiration tarte » « Etre ou faire, ne vous croyez pas obligé de choisir » « Un allié objectif du capitalisme, « Les pires corvées des parents », « Pourquoi se décarcasser pour un futur exclu ? »…

Est-ce que ça me fait regretter d’avoir donné des naissances aux deux miens ? Non : d’une part, parce que je n’ai jamais été dans la béatitude quant à mon rôle de mère et d’autre part parce que le trait est trop forcé pour que j’y adhère à fond.

Est-ce que des futures parturientes peuvent hésiter à se lancer dans l’aventure ? Oui si elles s’imaginent qu’être parents, c’est le village dans les nuages tous les jours.

Est-ce que la lecture est douloureuse pour les milliers de femmes qui se heurtent à des difficultés de conception ? Probablement car la sensibilité est exacerbée quand on traverse cette épreuve.

 

Mais la vraie question est : vous conseillerai-je de lire No Kid ? Oui et cent fois oui.

Si vous êtes en vacances et que vous êtes détendu, vous le prendrez avec beaucoup de distance.

Si vos mômes vous font tourner en bourrique : vous déculpabiliserez et ça, franchement, ça fait du bien.

Si vous n’avez pas d’enfant et que vous l’assumez : vous aurez là matière à clouer le bec à ceux qui vous tannent avec cette bizarrerie.

Si l’enfant tarde à paraître (parce que oui la vie est injuste pour citer ce grand philosophe qu’est Caliméro), vous parviendrez peut-être à relativiser temporairement et à vous marrer.

Et enfin, si vous avez le sens de la provocation, vous allez vous éclater à afficher fièrement la couverture dans le métro, le train, sur la plage, dans un parc…



Corinne Maier, No Kid, J'ai lu, 2009, 157 p.

Rédigé par Jenny Grumpy

Publié dans #Lecture

Repost 0
Commenter cet article

Fedchanka Volha 12/07/2015 23:14

Je suis pas d'accord avec votre philosophie

Fedchanka Volha 12/07/2015 23:14

Je suis pas d'accord avec votre philosophie

Fedchanka Volha 12/07/2015 23:14

Je suis pas d'accord avec votre philosophie

Fedchanka Volha 12/07/2015 23:14

Je suis pas d'accord avec votre philosophie

Fedchanka Volha 12/07/2015 23:14

Je suis pas d'accord avec votre philosophie