Questions indiscrètes aux jeunes mamans

Publié le 8 Juin 2009

Il y a une attitude chez certains qui m’agace tout particulièrement ces derniers temps.

Comme l’auront compris certains, je viens de mettre au monde (enfin il y a deux mois maintenant), une petite d’homme. Et j’ai pu constater que deux questions revenaient quasi systématiquement lorsque je rencontrais quelqu’un. Et le plus étonnant est que ces questions peuvent être posées par des gens qui ne me sont pas nécessairement proches.

 

« Et… elle fait ses nuits ? » Mais bien sûr, ma fille pèse 3,5 kg et a une semaine et elle dort déjà douze heures d’affilée entre 21 h et 9 h !!! Alors, évidemment, ceux qui n’ont pas d’enfants ne savent pas nécessairement que « les nuits » ne se font qu’aux alentours du 3e mois ou lorsqu’un certain poids est atteint.

Cette question est énervante parce que précisément non, vous ne dormez pas… Ca se voit pas ? Les autres croient-ils que l’on cultive sciemment cette tête de papier mâché, avec des énormes cernes sous les yeux ??

 

Mais ce n’est pas le pire. Il est une autre question que j’exècre encore plus : « Et… tu l’allaites ? » (Variation autour du vouvoiement puisque des voisines me l’ont déjà posée… je rêve !!). Bien entendu, ce ne sont que des femmes qui abordent le sujet. Outre le fait que c’est là quelque chose d’extrêmement personnel, je m’interroge sur l’intérêt que la réponse peut présenter. S’agit-il de me placer par rapport à la moyenne nationale ? De me juger en tant que bonne mère ou de femme libre ? Ai-je face à moi une militante de la ligue d’allaitement (si si ça existe) ? Non mais franchement c’est vrai, qu’est-ce que ça peut leur faire ?

Rédigé par Jenny Grumpy

Publié dans #Enervement

Repost 0
Commenter cet article

Twinkle 10/06/2009 20:07

Un tag, c'est une "chaîne" entre bloggeurs, tu dois répondre aux questions auxquelles j'ai moi-même répondu, à savoir:

dire 8 souhaits
dire ce que t'inspire les 10 mots de la liste (je ne le recopies pas ici)
me dire quelque chose
et enfin proposer à d'autres personnes de faire la même chose

Bienvenue dans le monde virtuel (^-^)

marieva 10/06/2009 12:39

C'est une merveilleuse idée. J'aime beaucoup le site de twinkle.

Voici un autre conte :

Le moine et l'adversité

Le maître zen Hakuin vivait dans une ville du Japon. On le tenait en haute estime et bien des gens venaient l'écouter dispenser ses enseignements spirituels. Un jour, la fille adolescente de son voisin tomba enceinte. Les parents de cette dernière se mirent en colère et la réprimandèrent pour connaître l'identité du père. La jeune fille leur avoua finalement qu'il s'agissait d'Hakuin. Les parents en colère se précipitèrent chez lui et lui dirent en hurlant que leur fille avait avoué qu'il était le père de l'enfant. Il se contenta de répondre : "Ah, bon?".

La rumeur du scandale se répandit dans la ville et au-delà. Le maître perdit sa réputation ne plus personne ne vint le voir. Mais cela ne le dérangea pas. Il resta impassible. Quand l'enfant vint au monde, les parents le menèrent à Hakuin en disant : "vous êtes le père, alors occupez vous en!" Le maître prit grand soin de l'enfant. Un an plus tard, prise de remords, la jeune fille confessa à ses parents que le véritable père de l'enfant était le jeune homme qui travaillait chez le boucher. Alarmés et affligés, les parents se rendirent chez Hakuin pour lui faire des excuses et lui demander pardon. "Nous sommes réellement désolés. Nous sommes venus reprendre l'enfant. Notre fille a avoué que nous n'étiez pas le père". La seule chose qu'il dit en tendant le bébé aux parents fut : "ah, bon?".

Le maître réagit de façon identique au mensonge et à la vérité, aux bonnes nouvelles et aux mauvaises nouvelles. Il permet à la forme que prend le moment, bonne ou mauvaise, d'être ce qu'elle est. Ainsi, il ne prend pas part au mélodrame humain. Pour lui, il n'y a que ce moment, ce moment tel qu'il est. Les événements ne sont pas personnalisés et il n'est la victime de personne. Il fait réellement un avec ce qui arrive et ce qui arrive n'a aucun pouvoir sur lui... Il a pris soin de l'enfant avec beaucoup d'amour. L'adversité se transforme en félicité grâce à son absence de résistance. et répondant encore à ce que le moment présent exige de lui, il rend l'enfant quand c'est le moment de le faire.

Imaginez un instant comment l'ego aurait réagi au cours de ces divers événements.

cité par Eckhart Tolle dans Nouvelle Terre, p. 169-170.

Twinkle 09/06/2009 20:57

Coucou,

J'imagine qu'il n'y a que des parents pour te demander ça, moi ça ne me viendrait même pas à l'idée (^-^).

Veux-tu participer au tag sur mon blog?

Jenny Grumpy 10/06/2009 08:05


j'y vais de ce pas


Marion 09/06/2009 15:12

Oui la ligue pour l'allaitement porte le doux nom de "la lèche" fouttez nous la paix bordel et arrêtez de nous obliger à tenir dans des cases pour mieux vous rassurer ! (ça fait du bien de gueuler un coup)

marieva 09/06/2009 13:56

Vraiment, on nous pose toujours de drôles de questions...........

On nous fait toujours de drôles de réflexions...........


- Vous êtes nouvelle ?

- Alors je vous souhaite la bienvenue dans ce monde de fous.


Petit cadeau tiré d'un livre de contes :



Le père, l'enfant et l'âne

Un enfant demande à son père :
- Dis papa, quel est le secret pour être heureux ?

Alors le père demande à son fils de le suivre ; ils sortent de la maison, le père sur leur vieil âne et le fils suivant à pied.
Et les gens du village de dire :
- Mais quel mauvais père qui oblige ainsi son fils d'aller à pied !
- Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison, dit le père.

Le lendemain ils sortent de nouveau, le père ayant installé son fils sur âne et lui marchant à côté. Les gens du village dirent alors :
- Quel fils indigne, qui ne respecte pas son vieux père et le laisse aller à pied !
- Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison.

Le jour suivant ils s'installent tous les deux sur l'âne avant de quitter la maison. Les villageois commentèrent en disant :
- Ils ne respectent pas leur bête à la surcharger ainsi !
- Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison.

Le jour suivant, ils partirent en portant eux-mêmes leurs affaires, l'âne trottinant derrière eux. Cette fois les gens du village y trouvèrent encore à redire :
- Voilà qu'ils portent eux-mêmes leurs bagages maintenant ! C'est le monde à l'envers !
- Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison.

Arrivés à la maison, le père dit à son fils :
- Tu me demandais l'autre jour le secret du bonheur. Peu importe ce que tu fais, il y aura toujours quelqu'un pour y trouver à redire.

Fais ce qui tu aimes et tu seras heureux !

Jenny Grumpy 09/06/2009 15:27


Voici un bien joli conte... très juste