Ça frange tout !

Publié le 1 Juillet 2013

N’allez pas croire que je me résume à une femme éplorée et en proie perpétuellement à l’introspection. Non, non, j’ai aussi une vie de fille tout à fait normale. Et pour l’illustrer, je me dois de vous faire part de ma dernière expérience.

 

Samedi, comme une fois tous les 18 mois à peu près, j’ai franchi les portes d’un salon de coiffure. Ouais, je sais ; j’ai une vie palpitante ! Bref, ça m’a pris comme une envie de pisser, et la chef coiffeuse m’a assurée pouvoir me prendre immédiatement. Ni une, ni deux, me voilà blousée. Dans les deux sens du terme, puisqu’en réalité, j’ai attendu. Non pas devant le comptoir il est vrai mais assise dos au bac. Mais passons, elle n’avait pas envie que je ne revienne pas.

 

Une fois les quelques brins de cheveux rincés, me voilà face au miroir (un samedi matin après une insomnie, donc cernée) et je lui sors ma ritournelle : « Rien de bouleversant hein, on coupe 10 centimètres » vu que la fameuse crinière m’arrive au milieu du dos. « On ne dégrade pas ». Bref, on ne fait pas grand-chose et on ne s’excite pas sur les ciseaux. C’était sans compter sur l’expérience de la chef coiffeuse, qui, l’air de rien, me demande si on fait une frange.

 

Frange ? Sophie Marceau ? Merde, elle me connaît, lit mon blog ou quoi ? Et pire que ça : elle prononce à haute voix la question qui me taraude depuis quelques années. La frange, y aller ou pas ? Trois fois (donc en 5 ans, vous comptez bien), j’ai hésité ; trois fois, j’ai renoncé. Pas prête pour le changement ! Sauf que d’habitude, ça se passait dans ma tête.

Me voilà donc à balbutier un « je sais pas » face à une femme experte et sûre de son fait. « Vous en avez besoin ? » (C’est sûr, elle me connaît !). Je tergiverse, oui, non, chais pas, j’ai peur, on verra davantage que j’ai si peu de cheveux. Je l’imagine se maudissant d’avoir posé une question si existentielle à la cliente névrosée de la semaine. Et boum, je me décide : « Allez, on y va ! ». Considérant ma masse capillaire, c’est vite fait. Néanmoins, au fur et à mesure que la frange apparaît, mon sourire s’épanouit ! Je vais adorer. Elle sèche, m’explique la technique pour la sécher et ne pas avoir l’air d’un chien mouillé même s’il ne pleut pas (pas de doute, elle sait que je suis traumatisée de ma dernière frange à 12 ans, suivie d’une séance chez le photographe).

 

Coupe terminée, Jenny la superficielle (oui moi) kiffe. Je trouve que je ressemble à quelqu’un, mais je ne parviens pas à trouver à qui.

 

Mais ce que j’ignorais alors, c’est qu’une frange, ça s’apprivoise ! Que dis-je : ça se dompte ! Il y a toute une technique à choper. Revue de détails !

 

Le samedi soir : douche avant de sortir ! Aïe, j’adore me passer le jet sur le visage. Merde, j’ai pas envie de tout foutre en l’air : j’évite soigneusement la zone.

Puis vient le difficile moment de se crémer le dit visage ! Pas facile pour la même raison. La frange est parfaite. Je trouve une astuce : j’incline mon corps vers l’avant, mes cheveux ne touche plus mon front, je gère. J’ai l’air ridicule, mais je gère. Je m’en fous, je suis toute seule !

Oui, mais… Comment je fais pour le maquillage ? Quand je vous dis que c’est un apprentissage, j’exagère à peine. Une seule solution : faire vite et efficace avec le fond de teint. Le résultat est plutôt probant. Ouf !

 

Dimanche, RAS. Je ne lave pas les cheveux, je les attache. J’aime bien.

 

(Je vous avais prévenus qu’on était dans la légèreté ce soir. Mais ça change !)

 

Et d’un coup d’un seul, dimanche midi, je me rends compte que je ne suis pas équipée pour mettre en forme The frange. Vite : il me faut une brosse ronde. Direction le Monop’ de Cour Saint-Em’ ouvert le dimanche. Elle m’a l’air énorme cette brosse, mais c’est la seule. On verra bien !

 

Lundi matin : D-Day ! Jenny seule face à sa frange. Pour une première, c’est (presque) un coup de maître ! Evidemment, la confrontation avec le vent matinal m’angoisse un peu, mais les dégâts ne sont pas si terribles !

 

Je resterai modeste quant aux réactions suscitées par cette nouvelle coupe ! Certains ne m’ont pas reconnue immédiatement, d’autres m’ont charriée sur un fameux club mais j’avoue, la frange, ça le fait ! J’ajouterai : ça le fait grave putain (bah ouais, le putain c’est ma signature !)

 

A bientôt pour un peu plus de profondeur !!

 

En attendant, vous pouvez toujours liker ma page Facebook : https://fr-fr.facebook.com/pages/Les-humeurs-de-Jenny-Grumpy/128978133863200

Rédigé par Jenny Grumpy

Repost 0
Commenter cet article

microneedling 26/03/2014 11:59

Your hair cut looks cool and I am going to try it. As I look into your face I think the step hair cut suits you more. It was great to land on this blog post and to read such amazing stuff. I will surely recommend your blog to my fellows!